Club Performance publique

Partager

Intériale est une mutuelle créée par et pour les agents de la Fonction Publique.

Elle est née en 2008 de la fusion de trois mutuelles de la Fonction Publique. Son Conseil d’administration est - à l’image de ses adhérents - composé d’hommes et de femmes issus des collectivités territoriales, de la Police Nationale, de l’Administration centrale et des Préfectures.

Intériale couvre les agents de la Fonction Publique Territoriale, des ministères de l'Intérieur, des Armées, de la Justice et de l'Éducation Nationale.

À ce titre, la mutuelle dispose d'une connaissance pointue des fonctions, des environnements et des risques professionnels de celles et ceux qu'elle protège qu quotidien, dans leur grande diversité de métiers.

2 min

Olivier Dussopt : « La qualité de vie au travail des agents publics, enjeu de la qualité du service public »

À l’heure de la transformation de l’action publique, l’amélioration de la qualité de vie au travail est un enjeu majeur pour les agents et les services et, au final, pour nos concitoyens, car elle contribue fortement à la qualité et à l’efficacité du service public rendu.

Le secteur hospitalier en est un exemple flagrant : la qualité des soins aux patients est liée à celle des conditions de vie au travail. C’est pourquoi la Haute Autorité de santé a introduit un critère sur la « promotion de la qualité de vie au travail » comme une des dimensions à prendre en compte dans le cadre de la certification des établissements de santé.

La question de la qualité de vie au travail, qui a été abordée dans le cadre du forum Action publique 2022*, doit être pleinement appréhendée par les employeurs publics dans toutes ses dimensions, dans le respect de la spécificité des missions des agents publics. Son développement passe par une démarche multiple, individuelle et collective, agissant sur l’ensemble des leviers de motivation des agents (sens de la mission, sentiment d’utilité, autonomie, reconnaissance, responsabilisation) prenant en compte les agents concernés par des conditions de travail particulières : astreintes des personnels de sécurité ou de soins, relations avec le public**.

Les employeurs publics conduisent des actions en la matière que nous devons encourager et accompagner. Ainsi en témoigne la réussite des appels à projets pilotés par la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) en 2017 et 2018 au titre de l’innovation dans les ressources humaines ou de l’amélioration des conditions de travail. Les employeurs publics se sont emparés de ces fonds dotés chacun de 1 million d’euros afin de mettre en œuvre plus de 150 projets sur tout le territoire. Au-delà de ces actions, les défis de demain portent aussi sur l’organisation du travail et le management au sein de la fonction publique. Le rôle du manager est crucial et les modalités de sa formation comme de son recrutement doivent être revues à l’aune de ces défis. Les réflexions sur l’impact des nouvelles technologies entrent également dans le périmètre d’une démarche équilibrée de qualité de vie au travail. La généralisation des technologies numériques et l’arrivée de l’intelligence artificielle dans les administrations de l’État vont transformer le travail et son organisation. Elles requièrent le développement, dans les services, au plus près des agents, de nouvelles modalités de travail, de management, de temps et de lieu de travail, ainsi que de nouvelles formes de relations avec les usagers du service public.

Les réflexions menées dans le cadre du programme Action publique 2022, tant au sein de l’État qu’au niveau interfonctions publiques, contribueront à approfondir la concertation sur les réformes structurelles à conduire dans les différents champs de l’action publique et sur les moyens de les accompagner, pour améliorer la qualité de service et mieux en maîtriser les coûts.

* Consultation numérique conduite l’hiver dernier, au cours de laquelle les usagers du service public et les agents ont été invités à donner leur avis sur leurs attentes à l’égard du service public.

** Selon le rapport annuel 2016 de la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), les salariés du secteur privé sont soumis à deux fois moins d’astreintes que les agents publics. Les contraintes organisationnelles sont aussi plus présentes dans la fonction publique (cas du travail dominical, qui concerne 25,8 % des salariés contre 36,7 % des agents publics et particulièrement 64 % d’agents à l’hôpital).

Téléchargez le PDF du hors-série Acteurs publics

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×