Identifiez-vous | Mot de passe oublié ?

Mohammed Adnène Trojette : “Il peut y avoir un doute sur la bonne intention de ceux qui veulent ubériser”

Code

Aperçu
EMAIL CODE

Aperçu
Le directeur du Liberté Living Lab et magistrat à la Cour des comptes en disponibilité relève l’ambiguïté du terme “ubérisation”, à l’occasion des Rencontres des acteurs publics, le 6 juillet à la Cour des comptes. “Il peut y avoir un doute sur la bonne intention de ceux qui veulent ubériser”, explique t il, préférant utiliser le terme de “plate-formisation” des services publics. Celle ci a pour effet “de rassembler des services fondamentaux à un niveau central tout en permettant à « la multitude » d’apporter de la richesse et de la nouveauté.” Un gage d’efficience, uniquement si la plate-formisation vient “après une réflexion sur les process et sur les missions” des agents, prévient Mohammed Adnène Trojette.

Publié le

Vidéo hébergée sur Libcast