Partager

2 min
2 min

Le gouvernement veut rendre la fonction publique territoriale plus attractive

La ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, vient de confier une mission à 3 personnalités sur ce sujet. Elles devront notamment “objectiver les causes” de la “dégradation” de l’attractivité dans ce versant. Leurs conclusions sont attendues pour début décembre.

Après la fonction publique d’État, c’est le tour de la territoriale. La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, vient de lancer une mission sur l’attractivité de l’emploi territorial. Cette mission a été confiée à 3 personnes : l’inspectrice générale de l’administration Corinne Desforges, la présidente de l’Association des DRH des grandes collectivités, Mathilde Icard, et le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) et maire UDI de Sceaux, Philippe Laurent. Des travaux similaires ont déjà été engagés pour la fonction publique d’État.

Comme la ministre l’indique dans sa lettre de mission, datée du 21 septembre, la mission devra notamment formuler des recommandations “pour rendre la fonction publique territoriale plus attractive dans les années à venir”. Et ce “afin que les Français continuent de bénéficier de services publics de proximité de qualité”. Les propositions sont attendues pour le 10 décembre prochain.

Désintérêt des jeunes 

Outre l’établissement d’un état des lieux de la situation actuelle en matière d’attractivité des concours et recrutements, la mission devra s’intéresser aux “déterminants” de cette attractivité dans le but “d’objectiver les causes de sa dégradation”. 

Cette perte d’attractivité de la fonction publique avait été pointée du doigt dans le dernier rapport annuel sur l’état de la fonction publique réalisé par la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). Le rapport relevait ainsi non seulement un manque de candidats, mais également un certain désintérêt des jeunes pour la fonction publique.

“Plus d’un jeune sur 10 a participé à au moins un concours de la fonction publique trois ans après la fin de ses études, était-il ainsi indiqué dans ce rapport. La fonction publique de l’État est le versant qui attire le plus de jeunes : 6,5 %, contre 2,5 % pour la fonction publique hospitalière et 2,2 % pour la fonction publique territoriale.” 

“Approche large”

À ce propos, le gouvernement demande à la mission de privilégier une “approche large” pour l’objectivation des causes de la dégradation de l’attractivité. Elle est ainsi invitée à se pencher sur les modes de recrutement, les parcours professionnels, les modes d’intervention des employeurs, l’attractivité géographique, mais aussi sur les déterminants économiques, sociaux, culturels et salariaux en prenant notamment en compte “la contrainte budgétaire pour les employeurs” locaux. 

L’accent devra aussi être mis sur l’identification et la prise en compte de “l’évolution des besoins et métiers” de la territoriale “dans les années à venir”, ajoute la ministre dans sa lettre de mission. Un défi de taille en raison du grand nombre de départs à la retraite à prévoir dans ce versant dans les prochaines années. 

Les dernières actualités

Partager cet article

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×